A propos de Masculinités.fr

J’ouvre ce site avec pour objectif de parler des hommes, du masculin, de la condition masculine dans notre société occidentale, mais aussi bien sûr des rapports entre les hommes et les femmes.

Des hommes, des femmes… une histoire vieille comme le monde. Et des histoires, beaucoup de belles histoires qui nous font rêver, aussi des moins belles qui nous font trembler, nous révolter parfois.

Mais c’est un sujet clivant, lourd de significations et d’antériorités pas toujours bien conscientes ou assumées. Mais c’est un champ de bataille, lourd d’agendas politiques et sociétaux, pas toujours clairement affichés ou revendiqués par des militants et intellectuels très offensifs. Mais c’est aujourd’hui un champ de batailles médiatiques qui débordent sur nos vies, entre bien-pensance moutonnière, progressisme dévoyé, conservatisme figé…

On naît femme et on le devient, écrit Bérénice Levet1.

On naît homme et on le devient !

Chacun de nous naît avec un corps sexué. Chacun de nous naît avec des potentialités, pour parties partagées avec nos congénères, pour parties individuelles. Chacun de nous naît dans un environnement culturel et affectif, depuis le niveau familial jusqu’au niveau sociétal. Chacun de nous trace sa voie propre, se constitue sa voix propre, à partir de ce qui nous est donné, et modelé d’influences multiples. L’humain est un animal culturel nous disent les philosophes. Il est animal, il est culture, il est aussi construction personnelle. Animalité, culture, individuation dans un entrelacs sans fin de causes, d’effets, et de rétroaction entre ces trois pôles qui nous structurent.

Parler des hommes, du masculin, de la condition masculine telle que nous le vivons en ce 21ème siècle, c’est tenter de décrypter des lignes de force qui nous traversent et traversent nos sociétés. Vaste programme, donc.

Parler des hommes, c’est parler des femmes.
Et c’est parler d’un vivre ensemble, hommes et femmes, homme et femme, que certains voudraient figer selon des normes du passé, que d’autres voudraient faire exploser pour imposer dans un mouvement totalitaire et sans les nommer d’autres normes plus clivées encore.

Au milieu de ce champ de batailles idéologiques, la plupart d’entre-nous essayons d’inventer une intimité à deux, égaux, différents, complémentaires… amoureux ! Et comme nous le rappelle Guy Corneau 2, l’intimité entre homme et femme n’a jamais réellement existé avant nous dans notre histoire humaine. Ce n’est pas tant que le couple que nous fantasmons aujourd’hui, idéal de complicité et d’égalité dans le respect de différences, soit en crise. C’est que ce modèle fantasmé n’a jamais existé. Dès lors il n’est pas surprenant que cela nous soit difficile, que nous observions des échecs, mais aussi des succès, dans cette invention révolutionnaire qu’est le couple.

Au milieu des rapports de force et des jeux de pouvoir, nous essayons, chacun, de mener notre vie et de nous reconnaître humain bien sûr, mais aussi, homme, femme, masculin, féminin.

J’ouvre ce site avec un premier livre consacré aux discriminations et inégalités que subissent les hommes dans le cadre de la parentalité, à ces déchirures que beaucoup d’hommes vivent dans leur être, au quotidien.

Je sais pourtant quelles dérivent porte en lui un positionnement par trop victimiste. Et il n’est pas question de renouveler, au masculin, les errements délétères des mouvements féministes dénoncés entre autres par Elisabeth Badinter 3.

Dans le contexte actuel d’aveuglement généralisé quant aux difficultés propres aux hommes et au masculin, il me semble nécessaire cependant d’en passer par un inventaire des discriminations et inégalités que subissent les hommes, et parmi elles celles criantes et emblématiques de la parentalité malmenée, dévalorisée, déniée.

Un inventaire nécessaire, car, si chacun sait vaguement qu’il ne fait pas bon être un homme, un père, lorsque des parents se séparent, il est bien difficile d’imaginer l’étendue et la violence de ce à quoi beaucoup sont confrontés.

Un inventaire nécessaire, aussi, car si chacun sait plus ou moins l’existence de ce que vous trouverez dans ces pages, ce dont il est question ici est aujourd’hui quasiment tabou. Dans une société qui a institué la femme en victime par principe, et l’homme en agresseur du seul fait d’être de sexe masculin, les discriminations et des inégalités subies par les hommes sont soigneusement tues, cachées, niées.

Ce livre est un livre en construction. Des chapitres manquent, sont à venir. Des pages sont incomplètes et nécessiteront d’être étendues. Des éléments pourront être revus ou corrigés en fonction des retour qui me seront faits.

Pour cela, chaque page permet de déposer des commentaires. Ceux-ci sont modérés. Seules les insultes, ou plus généralement les trolls, seront supprimés, les commentaires constructifs seront publiés.

Lorsqu’une page fait l’objet d’une mise à jour significative, l’ancienne version est archivée et reste accessible, permettant de conserver un historique de l’élaboration de ce livre. Des mises à jour peuvent cependant être réalisées hors ce processus d’archivage, par exemple pour corriger des coquilles, erreurs orthographiques ou autres modifications mineures.

En vous souhaitant bonne lecture,

l’auteur

Notes :

1 Bérénice Levet, La Théorie du Genre, ou Le Monde rêvé des anges, Le livre de poche, coll. Biblio essais, 2014. p. 202.

2 Guy Corneau (1989), Père manquant fils manqué, J’ai lu, 2009. pp. 149 et suiv.

3 Elisabeth Badinter (2003), Fausse route, Odile Jacob poches, 2017. pp. 23 et suiv.